Impôts locaux : les villes qui ont le plus augmenté en 2016 

taxe-habitation

Après la taxe foncière, la date butoir sur la taxe d’habitation arrivera le 15 novembre 2016. Le constat est alarmant pour les contribuables. Tout le monde grince des dents notamment dans certaines villes où les prix ont explosés.

Une augmentation généralisée

Malgré les efforts que fait l’État pour baisser les impôts, pour cette année 2016, la plupart des communes présentent une augmentation d’environ 1 %. Cela dit, c’est toujours moins que le taux de 1.8 % de l’inflation hérité de 2015. À cela, la plupart des villes répondent que c’est une perception nécessaire pour la ville ou la commune.

Pour cela, certaines villes n’hésitent pas à y aller de main morte que ce soit en matière de taxe d’habitation ou de taxe foncière. En matière de taxe d’habitation par exemple, Saint-Paul de la Réunion caracole à plus de 7,5 %. Pour Nantes, c’est plus 6,5 % ou encore pour Clermont Ferrrand à 6,3 %. Pour la taxe foncière, pour Les Yvelines, surtout dans la commune de Versailles, la hausse a atteint un taux exceptionnel de 66 %.Une petite consolation cependant pour le neuf puisque les propriétaires ayant choisi un programme immobilier neuf à Versailles peuvent avoir droit à des exonérations temporaires.

Un équilibre difficile à trouver

Cela dit, quelques communes tirent leurs épingles du jeu comme Nice (+0,3 %), Caen (+0,3 %) ou encore Grenoble (0,3 %). Mais pour le reste, la plupart des communes souffrent de la baisse de dotation accordée par l’État alors qu’elles ont besoin de moyens pour faire fonctionner la ville : l’entretien des biens publics, les cantines scolaires, la sécurité… Beaucoup critiquent également le fait qu’au lieu d’augmenter les impôts locaux, on aurait pu faire des économies ailleurs comme avec les abattements et les niches fiscales.


Vous avez aimé cet article? Partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *