Pinel et PTZ – quels changements en 2018

financement immobilier

La nouvelle loi des finances 1018 a introduit quelques modifications au niveau de la loi Pinel et du Prêt taux zéro. Si à la grande satisfaction des investisseurs du secteur immobilier, ces deux aides étatiques sont conservées, il est essentiel de se mettre à jour par rapport aux ajustements intervenus.

Avantages inchangés, mais recentrage au niveau des zones tendues

La loi Pinel continuera d’être mise en application pour quatre ans encore, soit jusqu’à la fin 2021. Et si ses avantages pour le contribuable ne sont pas remis en cause, la loi de Finances 2018 a apporté quelques changements au niveau de l’éligibilité de certaines zones. De même, certaines conditions d’applications ont été modifiées.

De façon concrète, les zones B2 (entre 50 000 et 250 000 habitants) et C (moins de 50 000 habitants), éligibles jusqu’à l’année dernière, sous conditions, sont désormais exclues du dispositif, à compter du 1er janvier 2018.

Par ce changement, le gouvernement entend recentrer cette aide sur les zones dites tendues. Ainsi, les zones A, A bis et B1 continueront d’être éligibles de plein droit à la défiscalisation. Vous pouvez ainsi prétendre à une défiscalisation de jusqu’à 63 000 € pour un financement immobilier dans des logements neufs ou en travaux situés dans ces zones.

PTZ en 2018 : qu’est-ce qui change ?

Dans le neuf

Pour accompagner les nouveaux ajustements de la loi Pinel 2018, le gouvernement a exclu la zone C du dispositif PTZ neuf, et a reconduit l’éligibilité de plein droit des zones A, A bis et B1. Pour ce qui est de la zone B2, elle reste finançable jusqu’en 2019.

Dans l’ancien

S’il est maintenu jusqu’en décembre 2021, le PTZ ancien ne concernera que les logements des zones B2 et C. Ceux des zones urbaines (A, A bis et B1) ne seront donc plus pris en compte.

 

 

 

 

 


Vous avez aimé cet article? Partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *