Focus sur le prêt amélioration habitat

prêt amélioration habitat

Grâce à l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH), il est désormais plus facile de réparer ou d’aménager sa résidence principale. Elle propose une aide financière pour réaliser des travaux, que l’emprunteur soit propriétaire ou locataire : le prêt d’amélioration de l’habitat.

Qu’est-ce que le prêt amélioration habitat ?

Cette subvention, également appelée PAF, finance plusieurs types de travaux de la réparation à l’amélioration sanitaire ou chauffage en passant par l’assainissement. Il subventionne également les travaux d’isolation thermique, de division et d’agrandissement.

Comment l’obtenir ?

Pour en profiter, il faudra remplir quelques conditions en premier être bénéficiaire d’une prestation familiale. Citons parmi elles la prime à la naissance, le recouvrement des pensions alimentaires, ou les allocations familiales. En revanche, ceux qui ne perçoivent que l’allocation aux adultes handicapés, l’aide personnalisée au logement, le revenu de solidarité active et l’allocation de logement social ne peuvent pas y prétendre.

Quant aux travaux proprement dits, ils doivent être réalisés par des professionnels du bâtiment dans des logements achevés depuis 15 ans au minimum. Une fois terminé, l’habitat devra par la suite être occupé ou loué en tant que résidence principale durant 9 ans. Et dernière condition pour obtenir le PAF, les travaux ne pourront débuter qu’après avoir obtenu l’autorisation de l’ANAH.

Quelles sont les modalités de cette subvention ?

Le montant de cette aide financière dépend des engagements de l’emprunteur et des dépenses prévues. Néanmoins, l’ANAH peut proposer jusqu’à 80 % du coût lié aux travaux, dans la limite de 1067,14 €.

Plus concrètement, le taux du prêt est de 20 % du montant des travaux subventionnables pour les propriétaires bailleurs. Les propriétaires occupants de leur côté ont droit à une aide de 20 % du coût des travaux subventionnables, plafonnés à 13 000 €. Dans les deux cas, le prêt se remboursera en 36 mois avec un taux d’intérêt de 1 %.

En ce qui concerne le versement, l’emprunteur a droit à la première moitié de l’aide après avoir signé le contrat et présenté les devis des entreprises ou fournisseurs de matériaux. Il recevra la seconde moitié une fois les travaux terminés et après avoir présenté toutes les factures.

Où demander le prêt ?

L’emprunteur déposera une demande de prêt auprès de sa caisse d’allocation familiale. Notons que pour réaliser plus facilement le projet de construction, cette subvention peut être complétée avec l’éco-prêt à taux zéro ou aide à la solidarité énergétique (ASE).


Vous avez aimé cet article? Partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *