Qu’est-ce qu’un bâtiment passif ?

Un bâtiment passif est une habitation économe en énergie de chauffage. Il n’est pas doté d’un système chauffage actif, ce qui le distingue d’un bâtiment classique. La seule puissance d’un fer à repasser  est suffisante pour réchauffer agréablement cet édifice pendant l’hiver. Pendant l’été, les pare-soleils le préservent de la surchauffe, ce qui rend toujours sa température agréable.

Une isolation parfaite !

Pour arriver à obtenir ce type d’habitation, il faut d’abord isoler. Il y a ordinairement entre 25 et 35 cm d’isolant appliqué sur les murs, 20 cm pour les sols puis 40 à 45 pour les toits en fonction du matériau utilisé. Les fenêtres doivent être dotées d’un triple vitrage et la menuiserie ainsi que les châssis sont spécialement conçus pour créer les conditions de la passivité.
En dehors de ces mesures, le bâtiment doit être étanche à l’air, pour qu’il y ait très peu de perte de chaleur à travers son enveloppe. Ainsi, pour faire venir assez d’air dans l’habitation, un système de ventilation mécanique, avec récupération de chaleur, est utilisé. Ainsi, la chaleur obtenue grâce à l’air vicié ou humide en provenance de n’importe quelle pièce de la maison est envoyée vers l’air frais extérieur, qui est ensuite insufflé dans les chambres. Avec une telle configuration, il y a constamment un apport d’air frais sans pour autant occasionner une perte de chaleur.

Quels sont les avantages du bâtiment passif ?

Un bâtiment passif, outre le fait qu’il soit moins exigeant en énergie qu’un bâtiment traditionnel, est surtout très confortable. On ne constate pas de courant d’air, puisqu’il y règne en permanence une température homogène. L’air ambiant, grâce aux divers mécanismes mis en place, est renouvelé et filtré ce qui le rend vraiment pur.
De plus, avec le triple vitrage, on obtient un certain confort acoustique et un positionnement optimal des fenêtres permet un apport important de lumière du jour dans l’habitation. Pour tirer le meilleur profit d’un bâtiment passif, il faudrait avoir un besoin en énergie pour le chauffage en dessous de 15 kWh/m par an. Le choix de cette norme n’est pas fait au hasard, car c’est à partir de ce seuil qu’une économie appréciable devient possible.